amis en antarctique

déjà un peu plus de 15 mois de voyage. 15 mois extraordinaires pendant lesquels mon monde a été bouleversé. 15 mois de paysages spectaculaires, de découvertes culinaires, d’apprentissages, de défis personnels… mais aussi 15 mois d’incroyables rencontres et tout autant d’au revoir.

lorsqu’on part pour un voyage au long cours, on commence par dire au revoir à sa famille, à ses amis. qui sait quand on se reverra ? cet au revoir est triste mais on y est préparé, on l’a voulu et on a tellement rêvé, organisé, attendu le voyage qui suit que la douleur de laisser nos proches est vite remplacée par l’excitation du départ et des premiers pas dans notre nouvel univers.

puis, tout au long de la route, on fait mille rencontres. des rencontres qui durent une journée, une semaine ou plus, parfois même des mois… mais elles sont toutes, d’une certaine façon, éphémères et se soldent toutes, inévitablement, par un au revoir. elles se terminent souvent avec l’espoir de se retrouver quelque part, sur un autre bout de nos chemins respectifs, ou de retour à la maison mais on sait souvent qu’on ne se reverra sans doute jamais.

ces au revoir, beaucoup de voyageurs en parlent. avant de partir, j’avais lu quelques articles sur le sujet alors comme pour la séparation avec les proches, on se prépare aussi à quitter ces nouveaux amis, locaux ou vagabonds, on sait que cela fait partie du voyage.

au bout de 15 mois de voyage,
le manque de relation stable
se fait sentir.

les premiers mois du voyage, j’étais dans un état permanent d’excitation, une certaine légèreté m’accompagnait et toutes ces situations étaient normales. j’étais triste de quitter de bons amis mais je continuais ma route avec un sentiment de joie de les avoir connu et l’espoir de les retrouver dans un futur proche ou lointain. de plus, je savais que de nombreux chemins me mèneraient à de nouvelles rencontres toutes aussi belles, amusantes et intéressantes.

au bout de 15 mois de voyage, le manque de relation stable se fait sentir. ce n’est pas la première fois que j’ai ce sentiment et les dernières séparations ont été plus difficiles. elles m’ont laissé plus nostalgique. j’adore toujours autant le voyage et les rencontres qu’il apporte mais il m’est de plus en plus difficile de me retrouvée de nouveau seule après avoir partagé de si bons moments en compagnie de ces nouveaux amis. il y a bien sûr les personnes qui ne laissent qu’une petite empreinte et on sait qu’elles font partie de ces rencontres vraiment très éphémères, agréables mais qui ne durent que le temps d’une activité, d’une visite, d’un repas ou de quelques soirées en auberge. les séparations dont je parle sont celles avec ces personnes qui ne repartent pas seulement avec un au revoir mais aussi avec une partie de ton cœur. compagnons de voyage, nouvelle famille, flirt passager, amour avoué ou inavoué, certaines personnes laissent une trace indélébile. elles te touchent, t’apprennent tant sur toi, te changent, t’éveillent, te stimulent et toi aussi tu laisse une partie de toi avec elles, comme tu as laissé une partie de toi avec tes proches. seulement, contrairement aux proches, amis et famille, tu n’as pas eu le temps de construire cette nouvelle relation. tout est allé si vite, c’était intense, c’était beau, c’était fou, ça a même créé des liens plus forts qu’avec des amis de longue date car les expériences vécues ensemble ont été hors-norme. il n’y a que toi et tes nouveaux compères qui puissiez comprendre et partager le souvenir de ces moments que seul le voyage peut offrir. le lien est fort mais il reste incertain, fragile. tu espères de tout ton cœur que la vie vous donnera l’occasion de créer d’autres liens avec ces personnes à d’autres moments, dans d’autres mondes mais au fond tu sais que rien n’est moins sûr.

le moment de dire au revoir laisse comme un sentiment d’inachevé.

comme une histoire à peine commencée et dont on ne connaitra jamais la fin. la fin était peut-être cet au revoir. mais il est arrivé trop vite, trop tôt. tu savais qu’il pointait son nez mais tu as arrêté de t’y préparer pour vivre chaque instant pleinement, sans y penser. et d’un coup, tu es, de nouveau, seule.

en réalité, je me retrouve rarement seule, il y a toujours des personnes autour ou pas très loin. la solitude, je la ressens dans mon cœur et dans ma tête après ces au revoir. voyager seule n’a jamais été un problème et j’adore me retrouver seule, à me perdre dans les villes ou face à des paysages grandioses sur les treks. voyager seule m’a aussi permis de faire toutes ces belles rencontres, il y en a beaucoup (si non toutes) que je n’aurai sans doute pas faites ou pas vécues aussi intensément si j’avais été accompagnée. seulement, après tant de mois de voyage, loin de tout repère et loin de ceux qu’on aime, ce manque de relations sociales durables m’affecte de plus en plus.

« l’homme est un animal social » (Aristote)

je suis indéniablement homme, je me nourris de ces rencontres, de ces interactions et elles prennent une place très importante dans les expériences vécues. je dirai même que mes meilleurs souvenirs sont toutes ces anecdotes vécues avec ces nouvelles rencontres. avec les nouvelles technologies, les réseaux sociaux, il est possible de garder contact, de continuer à construire la relation à distance mais ce n’est pas si facile. la fréquence des messages diminue avec le temps, chacun reprend le cours de sa vie. ça n’enlève pas le vécu et la joie qu’on aurait à se retrouver mais malgré tous ces fantastiques moyens de communication, la relation à distance est difficile à entretenir.

comment ne pas être triste de dire « au revoir » ? comment contre balancer ce sentiment de relations trop éphémères pendant un voyage au longs cours ? je ne sais pas. et vous ? avez-vous déjà ressenti ce manque, cette solitude ? comment gérez-vous ces au revoir ?

cake aux noix

sophie

partie pour un voyage au long cours, sans plans mais avec de grandes idées. voyageuse dans l'âme, moitié française, moitié anglaise, sophie a toujours eu un réel plaisir à apprendre de nouvelles langues et à découvrir le monde. sage mais folle, improviste mais organisée, solitaire mais sociable, elle part à l'aventure, pour le meilleur, pour le pire et tout ce qu'il y a entre.

1 commentaire

laisser un commentaire

commentaires